Livres en gros caractères
Livre Le joueur en gros caracteres

Le joueur


Rayon : Littérature, Classique
Éditeur : Editions Fremeaux
Catégorie chez l'éditeur : Littérature

CD de type : Classique explication MP3 classique
Nombre de CD : 5
Notre prix :  49,99 Euros 
       

ATTENTION: PERIODE D'ETE: Pour cet article, expédition prévue le 21 août 2018.

“J’avais tout perdu, tout... Je sors du casino, je regarde... un florin se promenait encore dans la poche de mon gilet : «Ah! j’ai encore de quoi dîner!» me dis-je. Mais après avoir fait une centaine de pas, je me ravisai et rebroussai chemin. Je mis ce florin sur manque (cette fois, c’était sur manque) et, vraiment, l’on éprouve une sensation particulière lorsque, seul, en un pays étranger, loin de sa patrie, de ses amis, et ne sachant pas qu’on va manger le jour même, on risque son dernier florin, le dernier, le dernier! Je gagnais, et, vingt minutes plus tard, je sortis du casino avec cent soixante-dix florins en poche. C’est un fait. Voilà ce que peut parfois signifier le dernier florin! Et si je m’étais laissé abattre, et si je n’avais pas eu le courage de me décider?... Demain, demain, tout sera fini !...

Livret : JEAN-YVES PATTE - DIRECTION : ADELINE DEFAY
Entendre Le Joueur, c’est entendre une confession, c’est entendre une désespérance, mais c’est aussi entendre un chant d’amour. C’est entendre ce qu’Anna Grigorievna Snitkine a entendu pour la première fois, des mots qui lentement deviennent pour elle... Mais c’est encore entendre le mensonge, la duperie du moins. C’est croire avec Dostoïevski que l’aveu peut être une voie de rédemption. Mais c’est aussi une voie de leurre. Trop tôt peut-être a-t-il clamé son désir de changement, son repentir, sa volonté de sortir du cœur de la chute, dans cet enfer du jeu, dans ce Roullettenbourg, qui pour lui n’avait rien d’un lieu romanesque mais avait des couleurs infernales. Trop tôt peut-être encore a-t-il désespéré de lui. Trop tôt? Ou trop peu sincèrement. Car ces mots mêmes qui sont les mots qui humilient, ne sont-ils pas aussi les mots qui procurent l’ivresse vertigineuse “d’une délectation morose”?...